UN ENVIRONNEMENT NORDIQUE À CONSERVER

Le milieu naturel nordique québécois est unique, complexe et fragile. Le développement du territoire doit être planifié afin de protéger ses écosystèmes d’une biodiversité exceptionnelle. Des mesures novatrices permettant de concilier les bénéfices économiques et sociaux du développement avec la conservation de l’environnement nordique s’avèrent donc nécessaires. À ce titre, la mise en valeur des connaissances climatiques sur le territoire nordique viendrait appuyer les démarches du Québec en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre et d’adaptation aux changements climatiques.

Le PAN 20-23 consolide l’engagement visant à désigner 50 % du territoire situé au nord du 49e parallèle à des fins de conservation d’ici à 2035. Un réseau d’aires protégées représentant 20 % du territoire nordique sera donc renforcé et 30 % du territoire sera consacré à la protection de l’environnement, à la sauvegarde de la biodiversité et à la mise en valeur de divers types de développement.

La formation d’intervenants locaux sensibles aux enjeux environnementaux permettra de développer la capacité d’agir des collectivités nordiques en matière de protection et d’intervention. Mieux outillés pour réaliser des projets de protection et réagir à des enjeux d’atteinte aux milieux naturels, ils pourront se mettre à l’œuvre, de concert avec des experts et des acteurs locaux. Cette collaboration pourra être mise à profit dans la création et la gestion de parcs et de réserves fauniques.

Plus que jamais, le gouvernement du Québec doit encourager l’innovation par la valorisation de matières résiduelles, l’utilisation d’énergies renouvelables et, plus largement, l’application des principes de l’économie circulaire.

Plan Nord